Turfoo
250€ OFFERTS SUR ZETURF >> J'EN PROFITE !!
Actualités hippiques

Les réunions en simulcasting

28/02/2011


Le jargon hippique aime à utiliser certains anglicismes. Le mot anglais « turf », d’ailleurs, ne signifie-t-il pas « gazon » en français ? Mais venons à notre expression du jour, vous l’avez forcément déjà rencontrée. Ainsi, vous entendez ou lisez que plusieurs réunions se déroulent en « simulcasting ». La traduction paraît simple, mais l’interprétation en revanche appelle à des compléments d’information. « Simulcasting », on peut le traduire par « simultané », il s’agit donc de réunions se déroulant « simultanément ». Mais là, on n’a pas tout dit.
Deux réunions ayant lieu en simulcasting ont leurs courses de programmées de manière telle qu’elles se disputent à tour de rôle. Elles se courent toutes les demi-heures, à heure pile et la demie pour une réunion, et à et quart et moins le quart pour l’autre. Ainsi, le parieur peut suivre toutes les courses, en zappant d’un hippodrome à l’autre. Ce système a d’ailleurs été mis au point pour lui.
A la base, les programmations étaient telles que le plus souvent une réunion de trot à un endroit se déroulait en simulcasting avec une réunion de galop (plat ou obstacles) à un autre. Mais la multiplication des courses et des réunions a petit à petit rétrogradé cette intention au rang de vœu pieux. D’autant que, désormais, ce ne sont plus deux réunions qui ont lieu en même temps, mais bien souvent trois, quatre…
Pour le parieur, suivre ces courses relève avant tout d’une grande attention, et d’un œil traînant toujours sur sa montre. Car un quart d’heure, c’est court. Quand tout se passe bien, qu’il n’y a pas de faux départ, pas de chevaux qui refusent de rentrer dans la stalle de départ, de fer envolé qui oblige à l’intervention du maréchal ferrant, c’est suffisant. Mais dès qu’un contretemps vient retarder un départ, alors là, attention ! Soyez vigilants ! Car les courses de l’autre hippodrome ne sont pas décalés pour autant, ou alors, parfois, de quelques minutes au maximum. Donc, le parieur doit savoir miser sur une course avant que la précédente ne soit terminée, sous peine de risquer de la manquer. Une gymnastique particulière, qui ne devient obligatoire que si l’on veut tout suivre en direct. Mais, comme pour toute activité qui réclame réflexion, mieux vaut avoir un peu de recul et donc avoir regardé avant les ultimes moments les chevaux sur lesquels on veut parier…