Turfoo
250€ OFFERTS SUR ZETURF >> J'EN PROFITE !!
Actualités hippiques

Autostart, parlons des numéros

28/04/2011


L’une des difficultés pour le parieur lorsqu’il tombe sur une course dont le départ est donné à l’autostart est de savoir quelle importance donner aux numéros des chevaux derrière cette voiture dont les ailes lancent le départ en aspirant les concurrents dans une accélération graduelle.
Communément, lorsque l’on pense aux courses de 2100 mètres données à Vincennes avec ce type de départ, il est admis que les numéros 3 à 5 sont considérés comme les plus avantagés. L’as, tout à la corde, est un petit peu moins « aspiré » que les chevaux au centre (sachant qu’il y a 9 chevaux par ligne à Vincennes) et présente le risque de se faire « couvrir », comprenez de voir passer plusieurs chevaux devant lui, pour l’enfermer à la corde tout au long de la course avec pour seul espoir une ouverture dans la dernière ligne droite. Les chevaux ayant tiré un numéro « à l’extérieur » (7 à 9, surtout le 9 donc) sont considérés comme désavantagés car obligés de produire un effort supplémentaire au départ pour parvenir à se placer correctement dans le peloton qui se forme au terme de la première ligne droite après le départ. Enfin, pour les chevaux en seconde ligne (les courses avec ce type de part présentent un maximum de 18 participants, il ne peut donc y avoir plus de deux lignes au départ), tout dépendra du départ pris par le cheval se trouvant juste devant eux lors du tirage au sort. Par exemple, le n°12 devra espérer un bon départ du n°3 pour prendre son sillage et se trouver également bien placé. Dans cette logique, les numéros les plus désavantageux seraient donc les numéros 10 (derrière le n°1 qui lui-même peut se faire enfermer) et 18 (à l’extérieur et derrière…).
Pour autant, attention, il s’agit là de théorie. Car le parieur doit aussi prendre en compte les aptitudes des chevaux au départ, essayer de savoir quel concurrent est considéré un bon « débouleur » (qui démarre vite) et quel autre ne l’est pas. Car un bon débouleur pourra réussir malgré un numéro considéré comme « piège », alors qu’un piètre débouleur ne réussira pas son départ, fut-il avec le numéro 4 sur le dos.
Ensuite, j’attire votre attention sur le fait que ces impressions sont valables à Vincennes sur cette distance de 2100 mètres. Sur d’autres hippodromes (je l’ai constaté notamment en Italie ou en Suède), le n°1 est un bon numéro, car la piste est plus courte, et l’avantage de la corde reste prépondérant, les chevaux plus à l’extérieur n’ont pas le temps de se rabattre devant lui avant le premier virage. Ensuite, le départ à l’autostart peut être donné sur d’autres distances, plus courtes (comme le mile, par exemple à Cagnes-sur-Mer), ou plus longues (sur certains hippodromes du sud-ouest par exemple). Plus la distance est longue, moins les numéros ont d’importance car les meilleurs chevaux auront le temps de refaire un handicap initial.
Voilà pour ce critère des numéros tirés au sort derrière l’autostart. Mais attention, il en existe bien d’autres au moment d’émettre son pronostic, et en premier lieu la valeur des concurrents : soyez conscients de cette vérité numérique, mais pas aveuglés par elle.