Turfoo
250€ OFFERTS SUR ZETURF >> J'EN PROFITE !!
Actualités hippiques

Toutes ces expressions qui utilisent le mot « marge »

04/07/2011

Allez, une fois n’est pas coutume, pour notre série d’articles consacrée au jargon hippique je ne vais pas m’intéresser, cette semaine, à une expression particulière, mais à une série d’expressions, utilisant toutes un même mot : marge. Vos lirez ou entendrez ainsi qu’un cheval a gagné « avec de la marge », qu’il a désormais une « marge réduite », qu’il n’a « plus de marge à ce niveau »… A chaque fois, la référence est la même : cette « marge » qui correspond peu ou prou à la facilité que l’on prête ou non au cheval de bien se comporter dans la course à venir. La formule est d’ailleurs plutôt sportive au sens large que proprement hippique, mais est appliquée suffisamment souvent au monde des courses pour que l’on puisse s’attarder sur elle ici. D’autant que cette « marge » en question se rapporte très souvent à un calcul, lui, carrément hippique, celui des handicaps.
On utilise en effet ce mot beaucoup plus souvent pour le galop que pour le trot. Dans le trot, il a même la signification que pour tout autre sport, un cheval qui gagne « avec de la marge » a gagné plutôt facilement et doit donc être capable d’affronter un lot de qualité supérieure. Pour le galop, ce mot « marge » est très souvent rattaché au poids donné au cheval, donc à son handicap. Pour la compréhension du système des handicaps, je vous renvoie aux articles précédents sur le sujet que l’on retrouve ici : http://www.zegagnant.com/tag/handicap/. Maintenant, intéressons-nous à l’expression « le cheval qui n’a plus de marge à ce niveau ». Il s’agit en fait, le plus souvent, d’un cheval qui gagné une course avec une telle facilité apparente que le handicapeur lui a infligé un handicap de plusieurs livres, tant et si bien que le concurrent en question se retrouve « trop chargé », sans aucune marge, incapable de renouveler sa performance précédente. Pour le parieur, il est ainsi toujours intéressant de regarder les performances précédentes des chevaux entre eux, la distance les séparant à l’arrivée, mais aussi le poids porté par chacun.
Et puis, parfois, l’expression dépasse son cadre hippique : moi aussi, après un bon repas en famille ou avec des amis, il m’arrive de me dire… que je n’ai plus de marge au poids !

Notre illustration est issue du blog http://maitrerichard.skyrock.com/2381839639-Gros-jockey-sur-gros-cheval.html.